Qu’est-ce qu’un choc anaphylactique ?

Il s’agit de l’une des maladies les plus fréquentes chez les plus jeunes. De par son mode d’affection, elle peut engendrer la panique dans l’entourage. Pourtant, il suffit de savoir quoi faire pour s’en sortir et en attendant l’intervention des professionnels de la santé.

Comment se manifeste un choc anaphylactique ?

Encore nommé anaphylaxie, le choc anaphylactique se produit par une réaction allergique généralisée. Les manifestations du malaise sont si intenses qui si rien n’est fait, la personne atteinte pourrait perdre la vie. En générale, la durée du malaise dure entre 5 et 20 minutes, et a diverses origines. Il peut s’agir d’allergie alimentaire, d’une piqûre d’un insecte ou d’une prise de médicaments contenant des éléments allergènes pour la personne.

Lorsqu’un choc anaphylactique se produit, la personne atteinte peut manifester une multitude de symptômes déclenchés en même temps.

C’est ce qui rend ce genre de malaise difficile à vivre parfois. On peut donc se retrouver en face d’une personne qui vomit, a de la conjonctivite, de la rhinite, un œdème de Quincke, fait une crise d’asthme ou encore a de l’urticaire.

Les zones du corps attaquées sont généralement la peau. Les crises de respirations sont aussi présentes, tout comme celles liées au cœur.

Comment intervenir ?

Intervenir, oui, mais comment ? Surtout que cela implique qu’il faut être capable de reconnaître une anaphylaxie rien qu’en observant le malade. Au cours d’un choc anaphylactique, les symptômes ne se déclenchent pas les uns après les autres, mais en même temps.

De plus, c’est souvent dans les 5 ou 20 premières minutes qui suivent l’entrée en contact avec l’élément allergène.

La voix de la personne peut devenir roque quand elle essaiera de parler, il peut lui arriver d’avoir des écoulements nasaux, d’avoir des maux de ventre ou et des démangeaisons.

Dans la plupart des cas, les personnes qui sont sujettes à ce type de malaise ont sur elles un stylo auto-injecteur. Si les réflexes sont encore bons pendant le malaise, elles arrivent à s’injecter de l’adrénaline contenue dans le stylo. Dans le cas contraire, c’est quelqu’un d’autre qui va devoir le faire.

C’est pour cette raison qu’il est indispensable que l’entourage immédiat de la personne qui souffre de ce genre de malaise soit non seulement au courant, mais formé à intervenir de façon spontanée.

D’ailleurs selon le ministère de la Santé, le geste qui consiste à injecter de l’adrénaline à une personne sous anaphylaxie n’est pas considérée comme un geste médical.

Mais il peut arriver que ce type d’intervention ne soit pas suffisant malheureusement. Selon la gravité de la crise, la personne peut avoir besoin de deux injections. La seconde doit être administrée au plus 10 à 15 minutes après la première.

En outre, une personne potentiellement capable de faire un choc anaphylactique doit avoir sur elle une trousse d’urgence. Celle-ci contient différents types de médicaments en plus de l’adrénaline sous forme de stylo auto-injectable.