Greffe de tête, est-ce possible ?

La vie éternelle continue de charmer les hommes, et les possibilités prennent des formes bien curieuses. Récemment, un médecin italien a fait savoir qu’il avait réussi à greffer une tête humaine. Une annonce qui a fortement secoué le monde de la médecine. Mais quand est-il réellement ?

Une opération qui ne prouverait rien selon la communauté médicale

L’exploit vient du neurochirurgien italien Sergio Canavero. C’est depuis 2013 que l’homme avait laissé entendre qu’il envisageait ce qui parait encore impossible : greffer une tête.

C’est au cours de l’année 2017 que ce que l’on peut considérer comme une première avancée a été réalisée.

L’homme est arrivé à grever une tête, mais celle d’un mort. En effet, il s’est servi de deux cadavres. La tête de l’un a été greffée à un autre. Une opération dont le temps total de réalisation fut de 18 heures. Un exploit hautement complexe, qui a nécessité la participation de plusieurs spécialistes.

Bien avant cette opération hautement contestée dans le milieu médical, Sergio Canavero avait réussi à faire greffer une tête de singe vivant sur un autre corps de singe.

Malheureusement le sujet eu une durée de vie assez courte, 20 heures.

C’est quand même un résultat qui a eu pour conséquence d’encourager le chirurgien dans sa quête, celle de réussir à greffer une tête humaine et ainsi permettre à des tétraplégiques de quitter leur état végétatif.

Mais dans le milieu médical, l’entreprise n’est pas perçue d’un bon œil. Si les résultats ne sont pas contestés, selon ses confrères, ils ne prouvent absolument rien.

Des questions qui demeurent

D’abord, il faut faire remarquer que l’opération, malgré le fait qu’elle ait eu lieu sur des cadavres, était assez complexe. En effet, elle a nécessité l’intervention de six spécialistes dans 5 domaines différents.

Il a fallu un spécialiste des vaisseaux sanguins, un spécialiste du cou, un neurochirurgien, un spécialiste en chirurgie gastro-intestinale, un autre en orthopédie et enfin un en chirurgie plastique. Au cours de l’opération, il a fallu reconnecter plusieurs vaisseaux sanguins, la moelle épinière et les vertèbres.

Selon les médecins qui n’approuvent pas cette opération, elle a été faite dans des conditions qui ne reflètent pas la réalité en plus de ne pas prendre en compte certains paramètres.

En effet, une opération qui aurait eu lieu sur des corps vivants aurait confronté l’équipe à des écoulements de sang qui auraient compliqué le processus.

De plus, il y a le fait que la compatibilité des moelles épinières entre les hommes, malgré les avancées dans le domaine de la médecine, n’est pas évidente au point d’envisager une greffe de tête aussi facilement.

Des opérations sur des humains vivants prévues

Si le corps médical redoute les retombées d’une opération comme celle-là, il faut dire que dans le monde des paraplégiques, les choses ne sont pas vues de cette façon.

Le simple fait qu’une telle opération soit possible est une véritable lueur d’espoir ; une lueur si forte que des candidats se sont déjà proposés pour une opération in vivo.

Parmi eux, on compte le russe Valery Spiridonov.
Il s’est porté volontaire pour que sa tête soit coupée et placée sur un autre corps. Mais il lui faudra prendre son mal en patience.

La Chine, pays où se déroulent les opérations, a fait clairement savoir qu’elle ne prend pas soin des citoyens russes. Valery Spiridonov est atteint de dystrophie musculaire et ne peut se lever de son fauteuil roulant.