C’est aux USA en 2004 que la vitamine C liposomale a été mise au point. Depuis, elle tend à s’imposer comme la nouvelle forme de vitamine C, après l’acide ascorbique, l’acérola et l’ascorbate de calcium. Cette émergence est principalement le fait de sa redoutable efficacité, résultant de son statut de microvitamine C plus facilement absorbable par les intestins et les cellules.

Le liposome, une révolution nanotechnologique

D’après les recherches effectuées dans de nombreux laboratoires américains au début des années 2000, la vitamine C liposomale pour les coups de mou est la plus efficace en prise journalière de plus de 500 mg. Cela est principalement le fait de sa forme liposomale.

En effet, la mise au point de la vitamine C liposomale a été possible grâce à un procédé nanotechnologique grâce auquel la vitamine est encapsulée sous forme de microvitamine dans un liposome. C’est donc cette microgouttelette de lécithine qui donne son nom à cette nouvelle forme de vitamine C. Il s’agit d’une poche qui emprisonne un cœur aqueux contenant des tensioactifs ou des lipides, certains naturels, d’autres synthétiques.

C’est au liposome que cette vitamine C doit son efficacité. Cela tient en réalité au fait que le lisopome constitue une protection aux principes actifs des médicaments jusqu’aux cellules. Son extrême résistance, le liposome la doit aux nombreuses membranes qui le composent et qui lui permettent de franchir les membranes cellulaires plus aisément.

C’est seulement au cœur de la cellule que le liposome libère les principes actifs. Comme la vitamine C, il existe à ce jour plusieurs autres médicaments proposés sous forme liposomale parce que cela les rend plus efficaces.

Depuis les années 2000, d’étonnants progrès ont été faits en ce qui concerne les procédés de fabrication de la vitamine C liposomale. Variant selon les laboratoires, ces procédés conditionnent la taille des liposomes, la nature de leurs composants ainsi que les propriétés psycho-chimiques des membranes.

Plus efficace que la vitamine C classique

La vitamine C liposomale, protégée par le liposome, atteint le cœur de la cellule avant d’être libérée pour faire profiter l’organisme de ses propriétés biologiques. Sous sa microforme, la vitamine C liposomale se dissout plus facilement dans les graisses.

Par conséquent, la prise de cette vitamine C garantit une concentration sanguine deux fois plus importante et qui dure plus longtemps ; ce qui la rend plus facile à absorber par les intestins et les cellules, puisqu’en dessous d’un certain seuil, la vitamine C est difficilement absorbée, passant tout simplement dans les selles.

Cette petite révolution permet à la vitamine C liposomale de concurrencer en termes d’effets sur la santé la forme injectable. Cette dernière est réputée pour participer à l’augmentation de l’acide ascorbique dans le sang. En plus, elle contrevient à la mauvaise assimilation constatée avec les formes orales classiques.

La principale différence concerne toutefois la rapidité de l’élimination rénale. Alors que la vitamine C par voie intraveineuse est très vite éliminée, la forme lisopomale, elle, reste assez longtemps dans le sang pour être parfaitement assimilée par les cellules ; ce qui la rend encore plus efficace.