L’économie collaborative est en plein essor en France, beaucoup plus que dans d’autres pays d’Europe. Il s’agit d’un échange de procédés ou de compétences qui permet à des particuliers de réaliser leurs projets mutuels sans attendre une intervention des systèmes financiers traditionnels.

De quoi s’agit-il ?

C’est un modèle économique qui favorise l’échange. Cela peut prendre diverses formes. Il peut s’agir du troc, d’argent, de prestations de services, de don, etc. Le principe est si simple qu’il peut très rapidement se mettre en place entre deux personnes. Rien qu’en France, plus de la moitié des personnes actives ont déjà eu à réaliser un projet ou à participer à ce type de modèle économique. Le chiffre d’affaires réaliser dans ce domaine est estimé à 3,5 milliards d’euros au moins et cela continue d’augmenter chaque année.

Cette intensification de l’économie collaborative trouve son explication dans le boom qu’est celui d’internet dans la quasi-totalité des secteurs. Par conséquent, il est devenu, au fil des années, très facile aux uns et aux autres de se mettre en contact ou en réseau. Il existe même, toujours dans le cadre de l’économie collaborative, des associations auxquelles il faut adhérer dans le but de s’assurer une aide. Celle-ci peut parfois se révéler vitale pour les personnes qui n’ont, par exemple, pas les profils exigés pour obtenir un crédit dans les systèmes bancaires traditionnels.

Par ailleurs, vu son fonctionnement, l’économie collaborative commence à véritablement remettre en cause l’efficacité des systèmes économiques traditionnels. Il s’avère que plusieurs personnes préfèrent se tourner vers ce mode de financement au lieu d’aller vers les banques ou les institutions financières, lorsque leurs besoins ne sont pas faramineux. Cela dit, il convient de souligner que l’économie collaborative met en avant un autre aspect de la société d’aujourd’hui : le gaspillage des ressources.

L’une des particularités de ce modèle économique, c’est qu’il privilégie l’utilisation des ressources dont l’homme dispose au lieu de mettre en avant la thésaurisation, ce qui est généralement le cas avec le modèle économique classique. De même, dans un système économique à valeur collaborative, il y a les dimensions humaines et environnementales qui sont valorisées. On parlera notamment de la facilité à se créer un réseau de partenaires.

Les secteurs qui en profitent

Si ce modèle économique a été grandement favorisé par l’explosion d’internet, il faut quand même mentionner le fait que certains secteurs en bénéficient plus que d’autres. Voici quelques-uns de ces secteurs :

  • Le logement : on y retrouve des dispositions comme la location d’immobilier entre particulier ainsi que la collocation. L’échange de local ou l’habitation participative sont aussi à inscrire sur cette liste.
  • Le transport : il faut citer ici le covoiturage, le VTC, la location de voiture, l’échange ou la revente de billet de transport.
  • L’alimentation : il s’agit ici de la création d’associations.
  • L’habillement : le troc, la revente ou la location de vêtements entre particulier ou chez une boutique sont des pratiques qui relèvent de l’économie collaborative.
  • L’aide aux particuliers : il s’agit d’échange de services. Cela peut concerner le jardinage, le bricolage, la santé animalière, les cours de renforcement, etc.