La réparation du pare-brise et le contrôle technique

Trop souvent, les propriétaires de véhicules s’appesantissent sur la réparation des éléments du moteur de leurs voitures et font passer les autres réparations pour mineures. Le pare-brise figure parmi les laissés-pour-compte alors même qu’il est aussi important de le faire réparer que de changer un filtre ou de remplacer une jauge. Plusieurs raisons peuvent justifier ce délaissement qui a tout d’une négligence : la rareté des prestataires, la cherté des prestations et l’absence d’une législation rigoureuse. Chacune de ces raisons n’a plus lieu d’être aujourd’hui. Découvrez pourquoi.

Pourquoi procéder à la réparation du pare-brise ?

Il faut distinguer le remplacement de pare-brise de la réparation. Il s’agit en réalité d’une opération qui peut intervenir pour faire disparaître une fissure ou un impact lorsque ce n’est pas encore trop important pour nécessiter un remplacement. Des professionnels comme Carglass, spécialiste de la réparation de pare-brise, sont très au fait de ces opérations.

Un impact sur le pare-brise, considéré comme bénin, peut, en effet, rapidement se transformer en fissure, vous obligeant à remplacer votre pare-brise. Or, vous pourriez éviter d’en arriver là en procédant très vite à la réparation de votre pare-brise.

Une fissure n’a rien d’anodin, car elle peut altérer le champ de vision du conducteur et fragilise le pare-brise.

Outre ces conséquences, vous courrez aussi le risque de voir immobiliser votre véhicule à l’issue d’un contrôle technique.

Le contrôle technique, les nouveautés en 2018

Depuis le 20 mai 2018, des nouveautés ont été introduites dans le contrôle technique des véhicules. Désormais, certaines anomalies qui n’étaient pas prises en compte, peuvent entraîner des contre-visites, avec risque d’immobilisation du véhicule.

Avant le 20 mai, votre véhicule fera l’objet d’une contre-visite si une fissure ou une altération du verre de votre pare-brise est remarquée et que celle-ci se trouve dans le champ de vision du conducteur.

Depuis les réformes, le constat de l’un ou l’autre de ces défauts vaut une immobilisation immédiate. Il en est de même s’il est constaté les dégradations ci-après dans la zone de balayage des essuie-glaces :

  • des bulles de verre ;
  • des fissures de plus de 30 cm ;
  • des impacts de plus de 3 cm ;
  • un impact de plus de 5 cm.

Aussi, pour ne pas courir ce risque, convient-il de réparer purement et simplement votre pare-brise avant tout contrôle technique.

Trouver le bon prestataire

Une chose est de vouloir remplacer votre pare-brise et une autre est de trouver le bon prestataire.

Ces professionnels font un diagnostic de votre voiture et déterminent avec précision les spécificités de votre pare-brise actuel afin de le réparer à l’identique. De plus, le travail est fait dans le respect des conditions générales de réparation, ce qui vous garantit la durabilité de l’ouvrage.

C’est pour cela d’ailleurs qu’il est beaucoup plus rassurant de vous adresser à un réparateur de pare-brise.