Que savez-vous sur le syndrome de Wolff-Parkinson-White ?

Le syndrome de Wolff-Parkinson-White est une affection caractérisée par une contraction prématurée d’un des ventricules du cœur, une tendance à la tachycardie supraventriculaire (accélération du rythme cardiaque) et le développement d’une fibrillation auriculaire et de flutter.

Cela est dû au fait qu’il y a des rayons supplémentaires de conduction nerveuse dans le cœur qui peuvent directement conduire à l’excitation des oreillettes vers les ventricules.

Quelles différences entre syndrome de Wolf-Parkinson-White et phénomène Wolf-Parkinson-White ?

En médecine, on peut distinguer le phénomène Wolf-Parkinson-White et le syndrome. Le phénomène est un état dans lequel il n’y a pas de manifestations cliniques de tachycardie et de contractions auriculaires et ventriculaires extraordinaires, mais il y a quelques modifications de l’ECG. Si nous parlons du syndrome, alors nous parlons d’un état pathologique lorsqu’il y a un tableau clinique de cette maladie et des changements caractéristiques dans l’ECG.

Le syndrome de Wolf-Parkinson-White est-il courant ?

Ce syndrome est assez courant en cardiologie. La particularité de la structure du cœur et de ses faisceaux neuronaux conducteurs peut être héritée. Dans ce cas, il existe des faisceaux musculaires anormaux spéciaux dans le cœur qui sont les restes des connexions neurales embryonnaires du cœur. Ces faisceaux sont situés entre l’atrium gauche et le ventricule gauche ou droit.

La contraction du cœur se produit normalement et pathologiquement simultanément, l’activation prématurée du myocarde ou sa partie apparaît, c’est-à-dire que l’impulsion se propage plus rapidement. Grâce à cette caractéristique de la structure du système de conduction du cœur, de nombreuses personnes n’ont pas de problèmes cardiaques.

Qu’en est-il des symptômes ?

Les personnes atteintes du syndrome de Wolff-Parkinson-White peuvent ne présenter aucun signe de maladie cardiaque cependant avec l’excitation ou après quelques verres d’alcool, des symptômes peuvent apparaître. Les plus courants sont des contractions cardiaques paroxystiques, une sensation d’évanouissement dans la région du cœur, une sensation d’essoufflement et un sentiment d’essoufflement.

L’évanouissement est également possible. Vous noterez que ces symptômes peuvent apparaître et disparaître soudainement. La durée de ces attaques peut varier de quelques minutes à plusieurs heures jusqu’à nécessiter une intervention médicale.

Que faire en cas de crise ?

Dans l’évolution asymptomatique de cette maladie, aucun traitement n’est nécessaire. En cas d’attaque qui dure plusieurs heures, il est nécessaire d’appeler une ambulance, qui vous aidera avec des médicaments spéciaux. La dose est choisie par le médecin en fonction de l’âge et du poids du patient et en tenant compte également des maladies concomitantes.

Parfois, on a recours à la thérapie par électropulsion. Dans les cas graves, avec fibrillation ventriculaire, on a recours à la réanimation.

Un traitement existe t-il ?

Dans le cas d’un syndrome de Wolff-Parkinson-White diagnostiqué, le médecin peut prescrire au patient un traitement qui peut prévenir l’apparition des crises. Dans certains cas, un traitement chirurgical est utilisé, Les indications étant : la présence de crises fréquentes de fibrillation auriculaire, de tachycardie ou de crises persistantes de tachyarythmie. Si un traitement avec des médicaments n’est pas possible, une ablation intracardiaque par radiofréquence peut-être envisagée.

La complication de cette maladie est le battement des oreillettes, une affection mortelle qui nécessite une intervention médicale urgente et qui aggrave considérablement le pronostic. En règle générale, dans le cas du phénomène Wolf-Parkinson-White, les patients sont en bonne santé et capables de travailler. En l’absence de troubles du rythme, le pronostic est favorable.

Notre article ne remplace pas l’avis d’un professionnel médical. Si vous avez besoin d’un avis ou d’un deuxième avis médical en cas de syndrome Wolf-Parkinson-White, consultez ce site : www.deuxiemeavis.fr/pathologie/syndrome-de-wolf-parkinson-white.