Qui est Blythe Masters ?

C’est dans le Kent en Angleterre qu’elle voit le jour en 1969. Blythe Sally Jess Masters est rapidement devenue l’une des femmes les plus influentes dans le monde, mais surtout dans son domaine, l’économie.

Cependant, ce qui permettra au grand public de véritablement faire sa connaissance, c’est la crise financière mondiale engendrée par la chute de Lehmann Brothers aux États-Unis.

Son parcours

Blythe Masters est une amoureuse des chiffres qui a fait ses études dans une école privée. Son cursus universitaire s’est déroulé à l’université de Cambridge où elle obtint un Bachelor of Art en économie.

Déjà à 17 ans, elle arrive à décrocher un poste de stagiaire au sein de la banque JP Morgan.

C’est d’ailleurs dans cette institution bancaire qu’elle a fait tout son parcours professionnel. En 1991, elle intègre officiellement le personnel et se tourne vers la gestion des risques.

Les CDS ou l’invention de Blythe

Par concours de circonstance, une occasion de prouver son efficacité va s’offrir à elle, lorsque la compagnie pétrolière Exonn se voit obligée de payer 5 milliards de dollars d’amende pour une marée noire causée par l’un de ses bateaux dans l’Alaska.

Alors Exonn se rapproche de JP Morgan qui arrive à lui débloquer un prêt de 4,8 milliards de dollars, mais refuse de prendre en charge les risques de non-paiement. C’est à ce moment que naît le CDS.

Il s’agit du Credit Default Swap, qui est un procédé par lequel une banque peut revendre les risques liés à un crédit à une autre banque.

En somme, c’est une forme de spéculation sur les possibilités de chute des institutions bancaires qui voit le jour.

Mais l’invention de Blythe Masters est tellement efficace qu’elle est adoptée par plusieurs autres institutions financières.

Avec le CDS, à 28 ans, elle devient la plus jeune femme à avoir atteint le poste de directrice de service dans le système bancaire. Néanmoins, la crise économique va révéler le maillon faible du CDS.

Devenue l’Ange noire du secteur de la finance

Blythe Masters, reconnue jusque-là comme imposante et nécessaire à Wall Street, va se faire surnommer « l’Ange noire de la finance ».

On lui attribue même la création de l’arme de destruction massive de la finance. Avec la crise économique des États-Unis, le CDS a été pointé du doigt par plusieurs analystes, faisant entendre que cet instrument aurait joué un rôle déterminant dans la crise.

Pour sa défense, Blythe a fait savoir qu’il faut « distinguer l’outil de l’ouvrier », mettant ainsi en cause les hommes et l’usage qu’ils en ont fait. Malheureusement, ce ne fut pas la seule affaire qui fit connaître la dame.

Alors qu’elle prend la direction des matières première de JP Morgan (qu’elle fait fleurir), ces méthodes sont contestées.

Une fois démise de ses fonctions, cette division est démantelée et elle quitte sa banque (2014).

Elle est également citée dans une affaire d’escroquerie dans le secteur de l’énergie, une affaire qui a coûté 410 millions de dommage et intérêt à JP Morgan en 2013.

En 2014, elle est qualifiée de « renard invité dans la basse » alors qu’elle est appelée à siéger à la table de l’organe de régulation du marché des métaux précieux.

Elle quitte son poste 24 heures après sa nomination. Aujourd’hui, Blythe Masters gère une startup qui investit dans la blockchain.