Le marché de l’immobilier, est-il aussi imprévisible qu’on le prétend ? Il existe, pour prédire son comportement, des outils au nombre desquels on peut citer la courbe de Friggit ; un instrument qui a déjà fait ses preuves et qui prévoit d’ailleurs une chute des prix de l’immobilier.

Qu’est-ce que la courbe de courbe de Friggit ?

Il s’agit d’un graphe qui permet d’expliquer l’évolution du marché de l’immobilier, mais aussi d’en prédire le comportement. Il a été inventé par Jacques Friggit, un économiste au poste d’ingénieur au Conseil général de l’environnement et du développement. Deux données fondamentales sont à prendre en compte dans les calculs. Il y a l’indice du prix du logement et le revenu par ménage. Il s’agit donc, grâce à ce graphe, de déterminer la stabilité du marché de l’immobilier en analysant la solvabilité des ménages en fonction du prix des logements sur une période donnée.

Comprendre la courbe de Friggit

Pour bien cerner l’importance de la courbe de Friggit, il ne faut pas omettre que ces deux données précitées ne suffisent pas à prédire le comportement du marché de l’immobilier. Dans ses analyses, Jacques Friggit prend aussi en compte les différents éléments comme les mécanismes de facilitation de l’acquisition d’immobilier mis en place par le gouvernement. Il s’agit, entre autres, du prêt à zéro, des crédits immobiliers, de la loi Pinel, etc.

On observe donc sur la courbe de Friggit, ce que l’on nomme aujourd’hui le tunnel de Friggit. Pour explication, il est constaté que depuis les années 1960 à 2000, les prix de l’immobilier étaient plutôt stables, évoluant dans une dynamique presque horizontale. C’est pour cela que cette avancée graphique fut qualifiée de tunnel de Friggit. Cependant, après l’année 2000, il a été constaté une sortie des courbes de ce tunnel, une sortie vers le haut qui traduit une envolée des prix de l’immobilier, donc une insolvabilité grandissante des ménages.

Pourtant, l’analyse de plusieurs autres courbes de Friggit montre que le marché n’a pas évolué de la même manière d’une région à une autre. C’est ainsi qu’on peut se rendre facilement compte de ce que le prix de l’immobilier frôle des sphères vertigineuses dans la capitale, alors qu’il est relativement accessible dans les provinces.

Les prévisions de la courbe de Friggit

Pour faire simple, toutes les courbes qui sortent par le haut du tunnel de Friggit induisent une montée des prix de l’immobilier et l’inverse présage d’une chute des prix. Or, depuis 2000 et 2008, le prix de l’immobilier s’est envolé même si les plafonds divergent selon les régions. Par exemple, alors qu’en France en général, les prix se sont légèrement stabilisés depuis la fin de la crise des subprimes en 2008, on observe que la flambée se poursuit à Paris et à Lyon.

Mais quoi qu’il en soit, les baisses observées dans les provinces sont encore largement en-dessous du niveau où elles étaient en 2000. Par conséquent, la courbe de Friggit prévoit une chute prochaine du prix de l’immobilier qui aura lieu dans 5 ou 8 ans. A noter qu’à défaut d’une chute des prix, il est prévu que les prix stagnent sur une durée de 10 à 12 ans. En outre, en l’état actuel du marché, Jacques Friggit estime que les ménages sont insolvables pour le plus grand nombre. Pour changer la donne, il faut que les prix baissent de 35 % au moins.