La notion de souveraineté nationale remonte aux XVIIe et XVIIIe siècles, où la constitution des nations était une problématique d’actualité. Aujourd’hui, la souveraineté nationale apparaît comme un actif pour chaque nation ; actif âprement défendu contre toute menace. Voici ce que vous devez savoir sur le concept de la souveraineté nationale.

Souveraineté nationale : Comprendre le principe

La notion de souveraineté est le principe en vertu duquel on détient l’autorité suprême et le pouvoir absolu sur tous et sur tout dans un secteur donné. Lorsque cette souveraineté est détenue par un seul individu, on se retrouve dans un régime despotique.

Par contre, lorsqu’elle est détenue par une nation, un peuple, on parle de souveraineté nationale. Comme cela est si bien énoncé dans l’article 3 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, la « Souveraineté réside essentiellement dans la nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément ».

Toutefois, un peuple ne peut prendre en main les affaires de l’Etat, parce que sur le plan conceptuel la « nation » est supérieure au « peuple ». En effet, la nation, ce n’est pas seulement l’ensemble des citoyens vivant à une époque précise dans le temps. Le concept de « nation » est une notion collective, unique et indivisible qui englobe l’ensemble des citoyens ayant vécu par le passé, ceux qui vivent dans le présent, et ceux qui ne sont pas encore nés.

Cela nous amène directement à aborder l’importance du régime représentatif.  En fait, le peuple ne peut prendre en main les affaires politiques d’une nation. Il faut que des hommes soient dépositaires de cette souveraineté sur une durée limitée. Et ce transfert de prérogatives s’effectue lorsqu’à travers des élections, le peuple choisit son représentant. C’est le principe de la démocratie.

Voyons à présent quelles sont les conséquences du principe de la souveraineté nationale.

Les conséquences de la souveraineté nationale

La principale conséquence de ce principe de souveraineté découle du système de représentativité qu’il a amené à existence. Il arrive souvent que les représentants élus pour être dépositaires de la souveraineté nationale accaparent le pouvoir afin de l’utiliser pour accomplir leurs projets personnels. La souveraineté nationale qui devait être considérée comme une esquive au despotisme, peut parfois devenir un instrument dont la minorité élue par le peuple se sert pour régner avec dictature.

Pour maîtriser ces dérives, la séparation des différents types de pouvoirs a été établie. Le pouvoir juridique et le pouvoir parlementaire sont chargés de contrôler l’action du pouvoir exécutif, et veiller à ce qu’il n’agisse que dans l’intérêt de la nation. Pourtant, il existe certains facteurs qui peuvent mettre à mal la souveraineté.

Les facteurs qui menacent la souveraineté nationale

Avec la mondialisation et ses corollaires, le principe de souveraineté nationale semble de moins en moins aussi solide qu’autrefois. Les dernières décennies ont vu naître de nouvelles entités, de puissants groupes, comme l’Union européenne, l’OTAN, les BRICS, dont l’envergure devient plus large que celle des nations. En ce sens, la prévalence de certaines lois régionales pourrait empêcher les dirigeants d’une nation de mettre en œuvre des réformes pourtant avantageuses pour cette nation.

Ces phénomènes se remarquent généralement dans le cadre des accords commerciaux entre deux nations, ou dans le cas de résolutions relatives aux conflits.