La convivialité dans le recrutement, un atout managérial

Phénomène encore récent mais très en vogue, l’ubérisation des services modifie considérablement le contexte économique et social. Le secteur de l’emploi et des ressources humaines n’y échappe pas. Mais au moment où certains RH voudraient ubériser les employés et les méthodes de recrutement, quelques résistants jugent, a contrario, que la convivialité et la connaissance des aspirations des candidats sont des facteurs de rentabilité pour l’entreprise et demeure une manière plus efficace et plus performante pour mener un recrutement de qualité.

C’est le cas de Facilium, une petite agence intérim locale basée à Rennes, qui a fait de la convivialité son socle d’efficacité. Leur ambiton est de mettre en avant un climat humain et authentique permettant une écoute attentive et une connaissance approfondie du besoin de l’entreprise ou de la personne. C’est la capacité à faciliter les échanges entre les personnes pour en favoriser l’efficacité.

Le travail, source de plaisir et d’épanouissement

Les entreprises qui font appel à une agence de recrutement sont aujourd’hui plus exigeantes. Elles n’ont pas besoin de bras, mais bien de personnes motivées et productives.
Mais pour parvenir à un tel résultat, il ne faut perdre de vue que le rapport au travail des nouvelles générations a beaucoup évolué. Alors que pour leurs aînés, ce fut tour à tour une valeur, un devoir et enfin une nécessité, aujourd’hui, c’est une obligation qui doit être source d’épanouissement.

D’ailleurs, exception faite des éventuels rapports conflictuels avec un supérieur hiérarchique direct, quand un salarié quitte un emploi, c’est généralement parce qu’il n’a pas l’impression d’effectuer une tâche utile ou valorisante.

Qu’est-ce que la convivialité lors du recrutement ?

Instaurer un climat de convivialité lors d’un recrutement, cela commence par se déplacer pour aller saluer le candidat quand ce dernier vient d’arriver. Pour aller plus loin dans cet état d’esprit, c’est le meilleur moment pour lui offrir une boisson chaude et lui glisser un petit mot pour le faire patienter, et ce, même s’il est en avance.

Si ce n’est pas toujours évident, il convient d’abandonner totalement le grand bureau rectangulaire pour effectuer les entretiens. Il vaut mieux s’entretenir avec les candidats autour d’une table ronde. C’est ainsi qu’il est plus facile de briser la sempiternelle barrière entre recruteur et candidat, plaçant l’un et l’autre sur un même pied d’égalité.
Une proximité physique qui se double d’une écoute des aspirations professionnelles et personnelles du candidat, le tout placé sous le signe de la bonne humeur.

La convivialité lors d’un recrutement passe systématiquement par le respect, l’équité et le dialogue avec le postulant à un emploi.

Quels sont les enjeux ?

Quand on a en charge les RH, l’enjeu de tout recrutement est de trouver la personne répondant exactement aux besoins de l’entreprise, qui saura s’impliquer dans sa tâche et donc, être productif.

Toutefois, lorsqu’un demandeur d’emploi se retrouve face à trois recruteurs qui épluchent ses compétences, le postulant a tendance à perdre ses moyens ou à vendre une image de lui-même qui ne reflète pas la réalité. Cette image distordue a pour seul objectif de plaire aux personnes qu’il a face à lui afin de décrocher le poste.

Au contraire, la convivialité lors d’un entretien d’embauche permet de mieux cerner la personnalité du candidat. Le postulant n’est alors pas sous pression, se sent plus libre de communiquer et de préciser ses objectifs professionnels sans nécessairement craindre de « mal répondre ».
Cette démarche permet, en fin d’entretien, de systématiquement savoir avec exactitude quel poste conviendra le mieux à tel ou tel candidat. Un emploi dans lequel il tirera une certaine satisfaction dans l’accomplissement dans sa tâche, garant d’un turn-over plus faible, d’une ambiance plus saine au sein de l’entreprise et d’une baisse des conflits sur le lieu de travail.

Bref, un employé plus productif et qui véhicule une image positive de l’entreprise dans son cercle familial et parfois au-delà.

Vers une ubérisation du métier des RH ?

Après les réseaux sociaux, le job dating ou les entretiens à distance via internet, certains acteurs de la profession se laissent séduire par l’idée d’une ubérisation du recrutement.
Ainsi Mr Marc Veyron, DRH Capgemini estime dans un entretien qu’il s’agit de l’avenir de la profession.

Certains recruteurs conservent un point de vue tout autre, considérant qu’il s’agit uniquement d’un énième levier permettant d’obtenir des candidatures. Il y a de fortes probabilités que cela ne remplacera pas un entretien autour d’une table. Celui-ci permet en effet de déceler les véritables aspirations du candidat et de « remplir la dernière case qui est celle du feeling et de l’humain ».

Tout du moins, pas dans l’état actuel du système d’automatisation tel qu’il est proposé, celui-ci ne permettant que de comparer que des cases cochées par l’entreprise et le demandeur d’emploi.